Description

Documents

L’albatros, ce n’est pas vraiment l’oiseau qu’on rencontre habituellement dans la poésie. Normalement, on trouve plutôt le rossignol, dans la poésie médiévale, la colombe ou le cygne dans la poésie romantique. Victor Hugo écrit une ode sur l’aigle, qui représente le génie de l'artiste.

Baudelaire quant à lui utilise une image nouvelle et double : l’oiseau dans le ciel se trouve du côté de l’idéal, au sol, il devient maladroit : du côté du spleen, il représente bien la mélancolie du poète inadapté à la société. L’Albatros ouvre donc parfaitement cette première partie des Fleurs du Mal « Spleen et Idéal » en introduisant ces deux thèmes si chers à Baudelaire.

Comment Baudelaire met-il en scène l’albatros pour illustrer la condition du poète, pris entre le spleen et l’idéal ?