Molière, Tartuffe
Résumé-analyse



Introduction



Dans la préface de Tartuffe, Molière explique et défend son projet : il veut utiliser la comédie pour dénoncer l'hypocrisie et les faux dévots :
Si l’emploi de la comédie est de corriger les vices des hommes je ne vois pas par quelle raison il y en aura de privilégiés. Celui-ci est, dans l’État, d’une conséquence bien plus dangereuse que tous les autres [...]

Dès le lendemain de sa première représentation publique, une cabale est formée, et la pièce, Tartuffe, est interdite par l'archevêque de Paris, Hardouin de Péréfixe. En effet n'était pas rien de jeter le soupçon sur des personnes très respectées et proches du roi.

Car dans la pièce, Tartuffe est un personnage qui utilise la religion et la dévotion pour tromper tout le monde et servir son propre intérêt. Il profite notamment du manque de modération du père de famille, Orgon, qui prend des décisions à l'emporte-pièce. C'est très important, car pour Molière, l'excès est à l'origine de nombreux maux de la société.

Orgon se laisse donc aveugler par l'hypocrisie et les flatteries de Tartuffe, qui va réussir à semer la discorde dans la famille, remettant en cause les mariages, et même les héritages. C'est le danger que Molière dénonce principalement : l'hypocrisie met en péril les liens sociaux et les solidarités habituelles.

Toute cette pièce progresse sur des stratagèmes, des jeux avec les apparences. Tartuffe joue un rôle, mais il sera également piégé lui-même par des faux-semblants. Molière nous montre ainsi comment le théâtre fait finalement surgir la vérité. La figure de l'ironie qui consiste à laisser entendre l'inverse de ce qu'on dit, est un bon exemple de ce jeu avec les apparences pour révéler une vérité.

Mais au-delà de la scène, Molière adresse un message au Roi lui-même : la figure d'autorité doit faire preuve d'un grand discernement et de bienveillance à l'égard de ses sujets.

Pour retrouver toutes mes vidéos sur cette pièce, et toutes mes ressources, je vous invite à regarder en description, où je mettrai également des liens vers les documents et les œuvres d'art qui m'ont inspiré pour cette analyse.

Acte I scène 1



La scène prend place à Paris, dans la maison d'Orgon.

Pernelle arrive sur scène, très agitée, suivie par une ribambelle de personnages qui essayent de comprendre sa colère. Mais elle n'écoute personne et fait des reproches à tout le monde.

> Elmire, sa belle-fille, est trop coquette.
> Dorine, la suivante, est trop forte en gueule.
> Elle critique aussi Damis et Mariane, ses petits enfants, et Cléante, le frère d'Elmire.
Bref, personne ne trouve grâce à ses yeux.

C'est Damis qui parvient à débloquer la situation :

Damis
Votre Monsieur Tartuffe est bien heureux sans doute !
Pernelle
C'est un homme de bien, qu'il faut que l'on Ă©coute
Et je ne puis souffrir, sans me mettre en courroux
De le voir querellé par un fou comme vous !
Damis
Quoi ! je souffrirai, moi, qu’un cagot de critique
Vienne usurper céans un pouvoir tyrannique ;
Et que nous ne puissions Ă  rien nous divertir,
Si ce beau monsieur-là n’y daigne consentir ?


J'ai réalisé une vidéo sur cette scène pour expliquer comment Molière nous fait déjà comprendre que ce fameux Tartuffe est à l'origine de toute cette discorde dans la famille.

Acte I scène 2 et 3



Une fois que Pernelle est partie, Cléante se retrouve seul avec Dorine :

Cléante
Comme elle s’est pour rien contre nous échauffée !
Et que de son Tartuffe elle paraît coiffée !
Dorine
Oh ! vraiment, tout cela n’est rien au prix du fils :
Et, si vous l’aviez vu, vous diriez : C’est bien pis !
[...]
Il l’appelle son frère et l’aime dans son âme
Cent fois plus qu’il ne fait mère, fils, fille et femme.


On comprend que Pernelle ne donne qu'un avant-goût de l'aveuglement d'Orgon pour Tartuffe.

Damis arrive et nous apprend que Tartuffe semble faire obstacle aux voeux de mariage de sa soeur avec un certain Valère :

Damis
De l’hymen de ma sœur touchez-lui quelque chose :
J’ai soupçon que Tartuffe à son effet s’oppose,
Qu’il oblige mon père à des détours si grands ;
Et vous n’ignorez pas quel intérêt j’y prends…
Si même ardeur enflamme et ma sœur et Valère,
La sœur de cet ami, vous le savez, m’est chère ;


Acte I scène 4



Orgon apparaît enfin pour la première fois dans la pièce. Il revient d'un voyage et prend des nouvelles de toute sa famille.

Orgon
Tout s’est-il, ces deux jours, passé de bonne sorte ?
Qu’est-ce qu’on fait céans ? comme est-ce qu’on s’y porte ?
Dorine
Madame eut avant-hier la fièvre jusqu’au soir,
Avec un mal de tĂŞte Ă©trange Ă  concevoir.
Orgon
Et Tartuffe ?
Dorine
Tartuffe ! Il se porte Ă  merveille,
Gros et gras, le teint frais, et la bouche vermeille.
Orgon
Le pauvre homme !


J'ai réalisé une explication vidéo de cette scène pour montrer comment Molière utilise des procédés comiques pour dénoncer l'emprise de Tartuffe sur Orgon.

Acte I scène 5



Une fois que Dorine est sortie, Cléante s'étonne de voir son beau-frère envoûté à ce point par Tartuffe.

Orgon
Mon frère, vous seriez charmé de le connaître ;
Et vos ravissements ne prendraient point de fin.
C’est un homme... qui... ah !... un homme... un homme enfin.
[...]
Il s’impute à péché la moindre bagatelle ;
Un rien presque suffit pour le scandaliser,
Jusque-là qu’il se vint l’autre jour accuser
D’avoir pris une puce en faisant sa prière,
Et de l’avoir tuée avec trop de colère.

Cléante
Les bons et vrais dévots, qu’on doit suivre à la trace,
Ne sont pas ceux aussi qui font tant de grimace.
HĂ© quoi ! vous ne ferez nulle distinction
Entre l’hypocrisie et la dévotion ?


À la fin de cette discussion, Orgon vexé refuse de répondre au sujet du mariage de Mariane avec Valère. C'est mauvais signe...

Acte II scène 1



En effet, Orgon fait venir sa fille Mariane, et lui annonce une grande décision :

Mariane
Qui voulez-vous, mon père, que je dise
Qui me touche le cœur, et qu’il me serait doux
De voir, par votre choix, devenir mon Ă©poux ?
Orgon
Tartuffe.
Mariane
Il n’en est rien, mon père, je vous jure.
Pourquoi me faire dire une telle imposture ?
Orgon
Mais je veux que cela soit une vérité ;
Et c’est assez pour vous que je l’aie arrêté.
[...] Il sera votre époux, j’ai résolu cela ;


Acte II scène 2



Dorine est entrée et a entendu les dernières répliques d'Orgon.

Dorine
Allez, ne croyez point à monsieur votre père ;
Il raille.

Orgon
Je vous dis…

Dorine
Non, vous avez beau faire,
On ne vous croira point.

Orgon
À la fin, mon courroux…

Dorine
Hé bien ! on vous croit donc ; et c’est tant pis pour vous.
[...]
Vous moquez-vous des gens d’avoir fait ce complot ?
Votre fille n’est point l’affaire d’un bigot [...]


Dorine argumente : Tartuffe est pauvre, il se vente un peu trop d'avoir du sang noble, et de toutes les façons, il ne plaît pas à Mariane, qui aura tôt fait de prendre un amant. Mais Orgon ne veut rien entendre.

Acte II scène 3



Une fois qu'Orgon est parti, Dorine reproche à Mariane de ne pas assez se défendre :

Mariane
Mais, par un haut refus, et d’éclatants mépris,
Ferai-je, dans mon choix, voir un cœur trop épris ?
Dorine
Non, non, je ne veux rien. Je vois que vous voulez
Être à Monsieur Tartuffe, et j’aurais, quand j’y pense,
Tort de vous détourner d’une telle alliance.
[...]
Il a l’oreille rouge et le teint bien fleuri :
Vous vivrez trop contente avec un tel mari.
Mariane
Ah ! cesse, je te prie, un semblable discours ;
Et contre cet hymen ouvre-moi du secours.


Acte II scène 4



Mais arrive alors Valère, qui vient d'apprendre que Mariane s'apprête à épouser Tartuffe, il est très vexé :

Valère
Le choix est glorieux et vaut bien qu’on l’écoute.
Mariane
Hé bien ! c’est un conseil, monsieur, que je reçois.
Valère
Vous n’aurez pas grand-peine à le suivre, je crois.
Mariane
Pas plus qu’à le donner en a souffert votre âme.
Valère
Moi, je vous l’ai donné pour vous plaire, madame.
Mariane
Et moi, je le suivrai pour vous faire plaisir.


Heureusement Dorine parvient à réconcilier les deux amants, et demande simplement à Mariane de gagner du temps auprès d'Orgon.

Acte III scène 1



Dorine retrouve Damis qui est très en colère depuis qu'il a appris que sa soeur Mariane était promise à Tartuffe.

Damis
Il faut que de ce fat j’arrête les complots,
Et qu’à l’oreille un peu je lui dise deux mots.
Dorine
Ah ! tout doux ! envers lui, comme envers votre père,
Laissez agir les soins de votre belle-mère.
Sur l’esprit de Tartuffe elle a quelque crédit,
Il se rend complaisant à tout ce qu’elle dit,
Et pourrait bien avoir douceur de cœur pour elle.
Plût à Dieu qu’il fût vrai ! la chose serait belle.


Dorine fait sortir Damis quand arrive Tartuffe pour la première fois sur scène.

Acte III scène 2



Tartuffe
Ah ! mon Dieu ! je vous prie,
Avant que de parler, prenez-moi ce mouchoir.
Dorine
Comment !
Tartuffe
Couvrez ce sein que je ne saurais voir.
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.
Dorine
Vous ĂŞtes donc bien tendre Ă  la tentation ;
Et la chair sur vos sens fait grande impression !


Puis elle lui annonce qu'Elmire demande Ă  le voir, et elle s'en va.

Acte III scène 3



Tartuffe, seul avec Elmire, lui fait une déclaration d'amour, où il fait tomber son masque de dévot pour révéler une réelle adresse pour la galanterie.

Tartuffe
L’amour qui nous attache aux beautés éternelles
N’étouffe pas en nous l’amour des temporelles :
[...]
Et je n’ai pu vous voir, parfaite créature,
Sans admirer en vous l’auteur de la nature,
[...]
En vous est mon espoir, mon bien, ma quiétude ;
De vous dépend ma peine ou ma béatitude ;
Et je vais ĂŞtre enfin, par votre seul arrĂŞt,
Heureux, si vous voulez ; malheureux, s’il vous plaît.


J'ai réalisé une vidéo spécialement sur cette scène pour mieux monter comment cette déclaration d'amour, galante et habile par certains côtés, révèle les stratégies hypocrites du personnage.

Elmire repousse les avances de Tartuffe et lui demande de l'aider à faire réussir le mariage de Mariane avec Valère, en échange de quoi, elle ne parlera pas de tout cela à son mari.

Acte III scènes 4 et 5



Mais ce plan tombe à l'eau car Damis, qui a tout entendu, sort brusquement du cabinet où il s'était caché, bien déterminé à révéler toute l'affaire à Orgon, qui justement, arrive sur scène.

Damis
Nous allons régaler, mon père, votre abord
D’un incident tout frais qui vous surprendra fort.
Vous êtes bien payé de toutes vos caresses,
Et monsieur d’un beau prix reconnaît vos tendresses.
Son grand zèle pour vous vient de se déclarer :
Il ne va pas à moins qu’à vous déshonorer ;
Et je l’ai surpris là qui faisait à madame
L’injurieux aveu d’une coupable flamme.


Acte III scène 6



Orgon
Ce que je viens d’entendre, ô ciel ! est-il croyable ?
Tartuffe
Oui, mon frère, je suis un méchant, un coupable,
Un malheureux pécheur, tout plein d’iniquité,
Le plus grand scélérat qui jamais ait été.
[...]
De quelque grand forfait qu’on me puisse reprendre,
Je n’ai garde d’avoir l’orgueil de m’en défendre.
Croyez ce qu’on vous dit, armez votre courroux,
Et comme un criminel chassez-moi de chez vous ;


Damis est de plus en plus scandalisé par la stratégie de Tartuffe qui se met à s'accuser de tous les crimes du monde. Orgon se met à penser que c'est son fils qui lui ment.

Orgon
Je sais bien quel motif à l’attaquer t’oblige.
Vous le haïssez tous, et je vois aujourd’hui
Femme, enfants et valets, déchaînés contre lui.
On met impudemment toute chose en usage
Pour ôter de chez moi ce dévot personnage :
Mais plus on fait d’effort afin de l’en bannir,
Plus j’en veux employer à l’y mieux retenir ;
Et je vais me hâter de lui donner ma fille,
Pour confondre l’orgueil de toute ma famille.


Damis essaye encore de se défendre, mais Orgon en colère, le chasse de sa maison, le déshérite, et lui donne même sa malédiction.

J'ai réalisé une vidéo d'explication de cette scène pour voir comment Molière donne à son spectateur toutes les ficelles de ce discours hypocrite qui prend au dépourvu Damis et Elmire.

Acte III scène 7



Orgon, resté seul avec Tartuffe, propose même de lui faire donation de tout ses biens, privant ainsi ses enfants de leur héritage.
Orgon
Ce n’est pas tout encor : pour les mieux braver tous,
Je ne veux point avoir d’autre héritier que vous ;
Et je vais de ce pas, en fort bonne manière,
Vous faire de mon bien donation entière.
Un bon et franc ami, que pour gendre je prends,
M’est bien plus cher que fils, que femme et que parents.
N’accepterez-vous pas ce que je vous propose ?
Tartuffe
La volonté du ciel soit faite en toute chose !


Acte IV scène 1



Cléante intervient auprès de Tartuffe pour essayer de remettre Damis dans les bonnes grâces d'Orgon.

Cléante
N’est-il pas d’un chrétien de pardonner l’offense,
Et d’éteindre en son cœur tout désir de vengeance ?
[...]
Sacrifiez à Dieu toute votre colère,
Et remettez le fils en grâce avec le père.
Tartuffe
Hélas ! je le voudrais, quant à moi, de bon cœur ;
Je ne garde pour lui, monsieur, aucune aigreur ;
[...]
Mais [...] l’on dirait partout que, me sentant coupable,
Je feins, pour qui m’accuse, un zèle charitable ;
[...]
Et si je me résous à recevoir du père
Cette donation qu’il a voulu me faire,
Ce n’est, à dire vrai, que parce que je crains
Que tout ce bien ne tombe en de méchantes mains ;


Acte IV scène 2 et 3



Mariane et Elmire joignent leurs efforts pour adoucir Orgon :

Mariane
Si, contre un doux espoir que j’avais pu former,
Vous me défendez d’être à ce que j’ose aimer,
Au moins, par vos bontés, qu’à vos genoux j’implore,
Sauvez-moi du tourment d’être à ce que j’abhorre ;
Et ne me portez point à quelque désespoir,
En vous servant sur moi de tout votre pouvoir

Elmire
Ă€ voir ce que je vois, je ne sais plus que dire ;
Et votre aveuglement fait que je vous admire.
C’est être bien coiffé, bien prévenu de lui,
Que de nous démentir sur le fait d’aujourd’hui !

Orgon
Je suis votre valet, et crois les apparences.
Pour mon fripon de fils je sais vos complaisances ;
Et vous avez eu peur de le désavouer
Du trait qu’à ce pauvre homme il a voulu jouer.

Elmire
Mais que me répondrait votre incrédulité,
Si je vous faisais voir qu’on vous dit vérité ?


Acte IV scène 4



Elmire organise le piège où elle compte attraper Tartuffe. Elle demande à Orgon de se cacher sous la table et lui explique son plan :

Elmire
Je vais par des douceurs, puisque j’y suis réduite,
Faire poser le masque à cette âme hypocrite,
Flatter de son amour les désirs effrontés,
Et donner_un champ libre à ses témérités.
Comme c’est pour vous seul, et pour mieux le confondre,
Que mon âme à ses vœux va feindre de répondre,
J’aurai lieu de cesser dès que vous vous rendrez,
Et les choses n’iront que jusqu’où vous voudrez.


Acte IV scène 5



Elmire rassure Tartuffe et lui laisse entendre qu'elle est sensible Ă  ses charmes.
Elmire
Ah ! si d’un tel refus vous êtes en courroux,
Que le cœur d’une femme est mal connu de vous !
Et que vous savez peu ce qu’il veut faire entendre
Lorsque si faiblement on le voit se défendre !


Mais Tartuffe se méfie, il craint que ce ne soit un artifice pour l'obliger à rompre son mariage avec Mariane.
Tartuffe
Je ne me fierai point Ă  des propos si doux,
Qu’un peu de vos faveurs, après quoi je soupire,
Ne vienne m’assurer tout ce qu’ils m’ont pu dire,
Alors il s'approche d'elle et tente de l'embrasser. Tout l'art d'Elmire va donc consister Ă  le faire parler tout en reculant devant ses avances.
Elmire
Mais comment consentir Ă  ce que vous voulez,
Sans offenser le ciel, dont toujours vous parlez ?
Tartuffe
Si ce n’est que le ciel qu’à mes vœux on oppose,
Lever un tel obstacle est Ă  moi peu de chose ;
[...]
Vous êtes assurée ici d’un plein secret,
Et le mal n’est jamais que dans l’éclat qu’on fait.
Le scandale du monde est ce qui fait l’offense,
Et ce n’est pas pécher que pécher en silence.


J'explique ce passage en vidéo, pour montrer comment la fausse coquette parvient à piéger le faux dévot, et le disqualifie définitivement aux yeux d'Orgon.

Acte IV scènes 6, 7 et 8



Orgon finit par sortir de sous la table, et attaque Tartuffe :

Orgon
Tout doux ! vous suivez trop votre amoureuse envie,
Et vous ne devez pas vous tant passionner,
Ah ! ah ! l’homme de bien, vous m’en voulez donner !
Comme aux tentations s’abandonne votre âme !
Vous Ă©pousiez ma fille, et convoitiez ma femme !
Tartuffe
Quoi ! vous croyez… ?
Orgon
Allons, point de bruit, je vous prie,
Dénichons de céans, et sans cérémonie.
Tartuffe
C’est à vous d’en sortir, vous qui parlez en maître.
La maison m’appartient, je le ferai connaître


Acte IV scène 8



Tartuffe s'en va et laisse Orgon seul avec Elmire : Orgon, terriblement confus, avoue qu'il a déjà signé la donation qui confère toute la propriété de ses biens à Tartuffe.
Elmire
La donation…
Orgon
Oui. C’est une affaire faite
Mais j’ai quelque autre chose encor qui m’inquiète.
Elmire*
Et quoi ?
Orgon
Vous saurez tout. Mais voyons au plus tĂ´t
Si certaine cassette est encore lĂ -haut.


Acte V scène 1



Orgon révèle l'existence d'une cassette qu'un ami, Argas, lui a confié, et qu'il a fait l'erreur de remettre à Tartuffe. Orgon se plaint amèrement auprès de son frère Cléante :
Orgon
Et moi qui l’ai reçu gueusant et n’ayant rien…
C’en est fait, je renonce à tous les gens de bien ;
J’en aurai désormais une horreur effroyable
Et m’en vais devenir, pour eux, pire qu’un diable.
Cléante
Quoi ! parce qu’un fripon vous dupe avec audace,
Sous le pompeux éclat d’une austère grimace,
Vous voulez que partout on soit fait comme lui,
Et qu’aucun vrai dévot ne se trouve aujourd’hui ?
[...]
Gardez-vous, s’il se peut, d’honorer l’imposture ;
Mais au vrai zèle aussi n’allez pas faire injure,


Acte V scène 2



Damis
Laissez-moi, je lui veux couper les deux oreilles.
Contre son insolence on ne doit point gauchir :
C’est à moi tout d’un coup de vous en affranchir ;
Et, pour sortir d’affaire, il faut que je l’assomme.


Acte V scène 3



Pernelle arrive alors, et à la grande surprise d'Orgon, elle se met à défendre Tartuffe :
Pernelle
Mon fils, je ne puis du tout croire
Qu’il ait voulu commettre une action si noire.
[...]
La vertu dans le monde est toujours poursuivie ;
[...]
On vous aura forgé cent sots contes de lui.
Orgon
Je vous ai dit déjà que j’ai vu tout moi-même.
Pernelle
Des esprits médisants la malice est extrême.
Orgon
C’est tenir un propos de sens bien dépourvu.
Je l’ai vu, dis-je, vu, de mes propres yeux vu,
Ce qu’on appelle vu. Faut-il vous le rebattre
Aux oreilles cent fois, et crier comme quatre ?
Pernelle
Mon Dieu ! le plus souvent l’apparence déçoit :
Il ne faut pas toujours juger sur ce qu’on voit.
Dorine
Juste retour, monsieur, des choses d’ici-bas ;
Vous ne vouliez point croire, et l’on ne vous croit pas.


Acte V scène 4



Arrive alors Dorine qui annonce l'arrivée d'un certain Monsieur Loyal, qui est envoyé par Tartuffe.

Monsieur Loyal
Salut, monsieur. Le ciel perde qui vous veut nuire,
Et vous soit favorable autant que je désire ! [...]
Ce n’est rien seulement qu’une sommation,
Un ordre de vider d’ici, vous et les vôtres,
Mettre vos meubles hors, et faire place à d’autres
[...]
Orgon
Moi ! sortir de céans ? [...]
Monsieur Loyal
On vous donne du temps ;
Et jusques à demain je ferai surséance
À l’exécution, monsieur, de l’ordonnance [...]
Mais demain, du matin, il vous faut ĂŞtre habile
À vider de céans jusqu’au moindre ustensile ;


Acte V scène 5



Orgon
Hé bien ! vous le voyez, ma mère, si j’ai droit ;
Et vous pouvez juger du reste par l’exploit.
Ses trahisons enfin vous sont-elles connues ?
Madame Pernelle
Je suis toute Ă©baubie, et je tombe des nues !
Dorine, Ă  Orgon.
Vous vous plaignez à tort, à tort vous le blâmez,
Et ses pieux desseins par là sont confirmés.
Dans l’amour du prochain sa vertu se consomme :
Il sait que très souvent les biens corrompent l’homme,
Et, par charité pure, il veut vous enlever
Tout ce qui vous peut faire obstacle Ă  vous sauver.


Acte V scène 6



Arrive alors Valère, alarmé, il explique que Tartuffe a remis la cassette au Prince en faisant un mensonge compromettant. Orgon est obligé de fuir.

Valère
J’ai, pour vous emmener, mon carrosse à la porte,
Avec mille louis qu’ici je vous apporte.
Ne perdons point de temps : le trait est foudroyant ;
Et ce sont de ces coups que l’on pare en fuyant.
À vous mettre en lieu sûr je m’offre pour conduite,
Et veux accompagner, jusqu’au bout, votre fuite.
Orgon
Las ! que ne dois-je point Ă  vos soins obligeants !
Pour vous en rendre grâce, il faut un autre temps ;
Et je demande au ciel de m’être assez propice
Pour reconnaître un jour ce généreux service.


Acte V scène 7



Arrive alors Tartuffe, suivit d'un exempt, c'est Ă  dire, un officier de police.

Tartuffe, arrĂŞtant Orgon.
Tout beau, monsieur, tout beau, ne courez point si vite :
Vous n’irez pas fort loin pour trouver votre gîte ;
Et de la part du prince on vous fait prisonnier.
Orgon
Traître ! tu me gardais ce trait pour le dernier :
C’est le coup, scélérat, par où tu m’expédies ;
Et voilĂ  couronner toutes tes perfidies.
Tartuffe
DĂ©livrez-moi, monsieur, de la criaillerie ;
Et daignez accomplir votre ordre, je vous prie.
L’Exempt
Oui, c’est trop demeurer, sans doute, à l’accomplir ;
Votre bouche à propos m’invite à le remplir :
Et, pour l’exécuter, suivez-moi tout à l’heure
Dans la prison qu’on doit vous donner pour demeure.
Tartuffe n'en revient pas, mais l'exempt l'arrĂŞte, en expliquant Ă  Orgon :

L'Exempt
Remettez-vous, monsieur, d’une alarme si chaude.
Nous vivons sous un prince ennemi de la fraude,
Un prince dont les yeux se font jour dans les cœurs,
Et que ne peut tromper tout l’art des imposteurs [...]
D’un souverain pouvoir, il brise les liens
Du contrat qui lui fait un don de tous vos biens,


Il emmène Tartuffe prisonnier, pendant que Cléante forme le voeux que l'imposteur retrouve un jour le chemin de la vertu. Alors Orgon se retourne vers Mariane et Valère :

Orgon
Aux justes soins d’un autre il nous faudra pourvoir,
Et par un doux hymen couronner en Valère
La flamme d’un amant généreux et sincère.


FIN



L'intervention du Prince à travers le personnage de l'exempt à la fin de la pièce, c'est ce qu'on appelle un deus ex machina : un personnage extérieur vient résoudre tous les problèmes comme un dieu surgi de nulle part. Le Roi est donc celui qui fait régner la justice, mais il le fait par l'intermédiaire de Dieu : dans cette perspective, Molière flatte Louis XIV et s'inscrit très respectueusement dans la tradition de la monarchie absolue de droit divin.

À bien des égards, Tartuffe est une pièce canonique, qui respecte les règles classiques : unité de temps, unité de lieu, unité d'action. Elle a été interdite à cause du sujet sulfureux, mais elle respecte également les bienséances.

L'intrigue, entièrement centrée sur la vérité et les apparences, est profondément théâtrale, et elle inscrit cette pièce dans la tradition baroque du theatrum mundi : le monde est un théâtre où les individus sont des acteurs.




⇨ Molière, Tartuffe 📓 Texte intégral de la pièce au format PDF

⇨ Molière, Tartuffe 🧑🏻‍🤝‍🧑🏽 Personnages

⇨ Molière, Tartuffe 📜 Résumé analyse (texte au format PDF)

⇨ Molière, Tartuffe 🎧 Résumé-analyse (podcast)