Description

Documents

Dans notre poème, la musique est prédominante, au point que la peine ressentie par le poète semble vidée de son sens. C’est un sentiment diffus, mystérieux, proche de la plainte élégiaque et de la vanité. Chez Verlaine, tout est nuancé : le lyrisme touche à l’universel, et la douleur se mêle parfois au plaisir.

Comment Verlaine utilise-t-il une écriture aux images simples, qui met la musique avant toute chose, pour représenter un sentiment pourtant complexe, à la fois mystérieux, paradoxal, et universel ?